The Work of the Body

 

Raphael Cuir, President of AICA France and Director of the Cabinet of Curious Affairs in Ouest-Lumière (CAC)

 

In the work of Yann Toma, PhD, President-for-life of the critical enterprise Ouest-Lumière, the body is worked by mourning, energy and rest. These different physical states characterize certain series of work, however without being systematically distinct: the flux circulate from a work, from one body to another. These states of the body synthetize themselves in a ritual work conducted by an entrepreneurial work.

 

The work of mourning

 

The bodies of Chapelle ardente are only symbolically suggested but their effect of presence has poignant power. Undoubtedly it is largely due to these plastic translucent canvas sheets which cover the pseudo-bodies and make believe that there is nothing to see. The effect of illusion, allusion to an eventual catastrophe pushing to act with urgency : gas leak, fire or overvoltage. The installation Chapelle ardente made in 1993 in the Puteaux factory at the moment of its closing and destruction, symbol of the mourning of a place and at the same time of a human adventure sent back to a past, a fragment of history also meant to disappear. This is why Yann Toma starts with an ‘archaeology of a factory’ that he converts through his work in an ‘archaeology of the object’. In this dismantled factory men and women have worked for years, have united their efforts to produce energy, have loved each other, facing each other, had fun. They have lived, in short all the range of the human passions. While he’s occupying the factory (from 1991 to 1994), Yann Toma discovers archives of Ouest-Lumière, including the moving journal of the infirmary of the employees. The Chapelle ardente is without doubt the most tragic work of Yann Toma ; it answers to the disappearing of the site constructed by Gustave Eiffel and ‘lived in the pain and in the most complete contempt of the identity of the building’ (2), participates of an ‘exhumation of the factory’ (3). The violence of this installation refers as well to that of Puteaux at the apogee of the first industrial era when the hovel where lived the over-exploited labour mixing with the factories, in an atmosphere of soot and in the racket of the des hammers. ‘In case of oblivion, please tell’ (4).

 

The Crimes sur commande (started in 1998) comes under the mourning as well but they are more fun if ever an ars moriendi can be qualified as such. Ordered by their victim, they expose the fictive murder of well alive individuals who thus play with their own death, a way to get prepared to it, or to not believe it ?

Who hasn’t played, as a kid, to die in the thickets? The Crimes sur commande are also staged by their own commissioner, so meticulously that there is always at least one detail that is not right, that is too much and that betrays the artifice of what was supposed to be the uncalculated result of a violence scene, cliché analysis of the police. This light stretch with the reference model is what causes the trouble and the interest of those photographs. For example in the Affaire de la rue Raffet – Crime de la jeune Elsa W. (2001), the disposition of the shoe, in part parallel to the ankle and the heel of the victim, down right, seems studied to be accidental. In the Affaire de la rue d’Autancourt – Crime de Nathalie F. (1998), this detail is the tight cable between the neck and the right hand of the victim. In the Affaire de l’imprimerie Paul Dupont – Crime de Stéphane P. (2001), it’s the metallic rod parallel to the vertical axis of the photography that reveals the artifice. This type of detail is half way between Roland Barthes punctum ‘which disturbs the studium’ of the stereotyped police analysis and the process (very frequent in the still life) that consists in furthermore affirming the virtuosity of the painter by a detail which, by leaving the illusionist frame of painting, establishes a continuity with the spectator’s space and underlines the artefact of the representation.

 

These bodies which are sometimes bloody, mimicate death but they are still (hopefully) in the tension of life (the work of energy). Therefore, the tight left arm, forward on the body and the bended right leg of Laurent C. seem to sketch a running step (L’Affaire du square du Vert-Galant – Crime de Laurent C., 1998), whereas Nathalie F., of whom we have talked about, seems to be dancing. The energy still works those suspended bodies (5).

 

The work of energy

 

Ouest-Lumière has for specialty the production of artistic energy. In order to produce it, it happens that the enterprise, faithful to its logic of valorisation of the individual, mobilizes a force of voluntary and volunteered work. Thus, the time of a Nuit blanche in Paris in 2009, the visitors of the Zadkine museum could convert their own muscular energy in clean energy : all you had to do was pedal to lighten the site (Dynamo Post-Bankrupt).

 

Ouest-Lumière reveals the artistic energy that crosses the bodies or manifest their trace. We can see it in the Salle de consultation (Ferme du Buisson, 1997). With its big anatomic boards hanged on the walls, its strange instruments of which the function escapes, its shaky light bulbs and its fragments of spider webs, the installation evokes all at the same time the ancient barber shops, the curiosity cabinets and the workshop of an alchemist from the Renaissance, the den of a ‘modern Prometheus’. On top of a mattress tired by usage, radiant flux floating on space and suggesting the recollection of absent bodies, as well as the human silhouettes of those other radiant flux which in 2001 haunted the wilderness of the Palais de Tokyo (6) (Flux radiant no 2327). The luminous effects of the flux and the naked radiants evoke the atmosphere of the famous film by Fritz Lang, Metropolis, when the human machine is transformed in a double of the character of Maria. In this film half way from German expressionism and the New Objectivity, the scientist was incarnated by a dark alchemist, enlightened, this ‘modern Prometheus’ which seems to inhabit the Salle de consultation. The philosopher Shusterman of whom the concept of soma-aesthetic between the direct resonance of Yann Toma’s work – the body isn’t thought there as abstraction but as a vector of energies and actions – evokes, regarding their collaboration (sessions of SOMA-Flux) in the medieval abbey of Royaumont, ‘a form of post-modern alchemy in process’ (7). As well as he works some limited states of the body, Yann Toma is interested by language, by inventions and by the atmosphere of limited sciences, those that oscillate between natural philosophy and modern science and believe, from the Renaissance to Thomas Alva Edison – ‘the man who has made the echo prisoner’ (8) – that ‘everything is possible’.

 

The series of Extases explores energy which cross the bodies as well, under drug influence (Extase à la coke – Laurent C., 1999), in the sado-masochist practices (Extase au fouet – Daphnée L., 1999) or by the enigmatic plug to an electric circuit (Extase d’Éric M., 2004). This repertory of limited states where dominates the warmth of orange tones and blurred movements, suggests to the spectator that he is a victim himself of hallucinations or that he has entered the Twilight Zone (Bruce Sterling, 1962) ; ‘You’re travelling to another dimension, a dimension not only of sight and sound, but of mind. A journey into a wondrous land which boundaries are that of your imagination. Your next stop: the Twilight Zone’.

 

The work of rest

 

Since then, behind the apparent calm of the warholesques Sommeil n°2 – Julie D., 23 avril 2000, ou Sommeil n°5 – Léa G., 4 March 2001, we can wander which unconscious energy works the rest, which agitated trip brings the dreamer, curled up in the folds of a confortable duvet, at the borders of his imagination during the reading of his favourite book ‘by the counsellor’ (work of energy). The doctor Yann Toma examines attentively the sleep of his patients by recording their reactions with his tripod of Bertillon – until their return of the Twilight Zone, when can the ‘work of the dream’ begin ? In fact, in the frame of this series, a project in collaboration with Édouard Levé (deceased in 2007) – of whom the sleep as the ecstasy have been recorded – was in course and had to produce the photography of the recorded dream, project which remained virtual because of the sudden death of Edouard Levé (work of the mourning).

 

The work of the ritual

 

Evidently, what links those different states of bodies is the notion of the ritual which goes through the work and is expressed particularly by the strict protocols which rule each of the series like the Crimes sur commande, the Extases, the Sommeils.

This refers to the first installation of Yann Toma, Chemin de croix (1992), at the cloister of the Billettes, the same one where Michel Journiac presented his first exhibition in 1968 ‘Parcours – Piège du sang’. The installation Chemin de croix comes from a walk that Yann Toma repeats at home for many months along the railways from the Austerlitz Station. It reminds us of the walk of Marina Abramovic and Ulay on the Great Wall of China (Lovers, 1988), or the slow motion walks of ORLAN (Action Or-lent, 1964), but also of her MesuRAGES of public spaces because it is also for Yann Toma to measure himself to this little favourable environment to the body of the pedestrian. This route without a precise ending and without a defined destination is a poetic wandering, along all the possible trips that suggest the railways, metaphors of the trip in art that Yann Toma undertakes since that founding moment. This is why it is a ritual passage, Chemin de croix, concretized in the exhibition by the Stations I to XV and the cross through the railways, itself a metaphor of new points.

 

The complicity between the professor Michel Journiac and the student Yann Toma is more than symbolic. It concretizes itself in a common performance which takes an initiatory connotation of transferred knowledge through a singular experience. At the occasion of an interview led by a collective of students, Michel Journiac invites Yann Toma to confess it. Doors wide open, the two compartments of toilets in the university where each artist presents himself like the cross-section of a disturbed confessional of which the walls are covered with graffiti. We also remember the Messe pour un corps (1969), du Rituel pour un mort (1976) and we measure the founding importance of the work of Michel Journiac for Yann Toma.

 

The work of the entrepreneur

 

Of course, all of this wouldn’t exist without the work of the entrepreneur, « soma » in action almost twenty four on twenty four hours (Yann Toma practices the micro sleep). The President for life of Ouest Lumière incarnates the artistic energy with a haircut that seems to be perpetually crossed by an electrical flux and a little air of Einstein at his best. His ‘corporate’ jackets sign his haughty stature and are the expression of his manifest dandyism as we can see for example in the Portrait Indien du Président de Ouest-Lumière (2006). The President cultivates with passion his relationships with the shareholders of Ouest-Lumière who are anonymous little bearers but people that the President always know personally and who he meets around the work during his tireless peregrinations : ‘I am part of the shareholders and they are part of me’ (9) – All smiling, the President bears tirelessly to the chair of the UN in New York where a powerful network has opened doors to him, the mood of a sun which burns to warm us : the work of energy.

 

 

Le travail des corps

 

Raphael Cuir, Président de AICA France et Directeur du Cabinet d'affaires curieuses d'Ouest-Lumière (CAC) 

 

Dans l’oeuvre du docteur Yann Toma, Président à vie de l’entreprise critique Ouest-Lumière, le corps est travaillé par le deuil, par l’énergie et par le repos. Ces différents états de corps caractérisent certaines séries de l’oeuvre sans être toutefois systématiquement distincts : les flux circulent, d’une oeuvre, d’un corps à l’autre. Ces états de corps se synthétisent en un travail du rituel conduit par un travail de l’entrepreneur.

 

Le Travail du deuil

Les corps de Chapelle ardente ne sont que symboliquement suggérés, mais leur effet de présence est d’une puissance poignante. Sans doute est-ce largement dû à ces bâches plastiques translucides qui recouvrent les pseudo-corps et donnent à croire plus qu’il n’y a à voir. Effet d’illusion, allusion à une éventuelle catastrophe poussant à agir dans l’urgence : fuite de gaz, incendie ou survoltage. L’installation Chapelle ardente, réalisée en 1993 à l’usine de Puteaux au moment de sa fermeture et de sa destruction, symbolise à la fois le deuil d’un lieu et celui d’une aventure humaine renvoyée à un passé, un fragment d’histoire également appelé à disparaître. C’est pourquoi Yann Toma part d’une « archéologie de l’usine » qu’il convertit à travers son oeuvre en une « artchéologie de l’objet. »(1) Dans cette usine démantelée, des hommes et des femmes ont travaillé pendant des années, ont uni leurs efforts pour produire de l’énergie, se sont aimés, affrontés, amusés. Ils ont vécu, en somme, toute la gamme des passions humaines. Tandis qu’il occupe l’usine (de 1991 à 1994), Yann Toma y découvre les archives de Ouest-Lumière, y compris l’émouvant journal de l’infirmerie des salariés. La Chapelle ardente est sans doute l’oeuvre la plus tragique de Yann Toma ; elle répond à la disparition du site construit par Gustave Eiffel et « vécue dans la douleur et dans le mépris le plus complet de l’identité même du bâtiment »(2), participe d’une « Exhumation de l’usine. » (3) La violence de cette installation renvoie également à celle de Puteaux à l’apogée de la première ère industrielle, quand les taudis où se logeait une main-d’oeuvre surexploitée côtoyaient les usines, dans une atmosphère de suie et dans le vacarme des marteaux. « En cas d’oubli, prière d’en faire part. » (4)

 

Les Crimes sur commande (commencés en 1998) relèvent aussi du deuil, mais ils sont plus ludiques si tant est qu’un ars moriendi puisse être ainsi qualifié. Commandés par leur victime, ils exposent le meurtre fictif d’individus bien vivants qui jouent ainsi avec leur propre mort, façon de s’y préparer, ou bien de ne pas y croire ? Qui n’a pas joué, enfant, à mourir dans les fourrés ? Les Crimes sur commande sont également mis en scène par leurs commanditaires mêmes, tellement minutieusement, qu’il y a toujours au moins un détail qui cloche, qui en fait trop et qui trahit l’artifice de ce qui se voulait le résultat incalculé d’une scène de violence, cliché constat des services de police. Ce léger écart avec le modèle de référence, c’est ce qui fait le trouble et l’intérêt de ces photographies. Par exemple dans l’Affaire de la rue Raffet – Crime de la jeune Elsa W. (2001), la disposition de la chaussure, en partie parallèle à la cheville et au talon de la victime, en bas à droite de l’image, paraît trop étudiée pour être accidentelle. Dans l’Affaire de la rue d’Autancourt – Crime de Nathalie F. (1998), ce détail, c’est le câble tendu entre le cou et la main droite de la victime. Dans l’Affaire de l’imprimerie Paul Dupont – Crime de Stéphane P. (2001), c’est la tringle métallique parallèle à l’axe vertical de la photographie qui révèle l’artifice. Ce type de détail est à mi-chemin entre le punctum de Roland Barthes « qui vient déranger le studium » du constat de police stéréotypé, et le procédé (très fréquent dans la nature morte) qui consiste à affirmer davantage encore la virtuosité du peintre par un détail qui, en sortant du cadre illusionniste de la peinture, établit une continuité avec l’espace du spectateur et souligne l’artifice de la représentation.

 

Ces corps parfois sanglants miment la mort, mais ils sont encore (heureusement) dans la tension de la vie (travail de l’énergie). Ainsi le bras gauche tendu, en avant du corps, et la jambe droite fléchie de Laurent C. semblent esquisser un pas de course (L’Affaire du square du Vert-Galant – Crime de Laurent C., 1998), tandis que Nathalie F., déja évoquée, paraît danser. L’énergie travaille encore ces corps en suspens (5).

 

Le travail de l’énergie

Ouest-Lumière a pour spécialité la production d’énergie artistique. Pour la produire, il arrive que l’entreprise, fidèle à sa logique de valorisation de l’individu, mobilise une force de travail volontaire et bénévole. Ainsi, le temps d’une Nuit blanche à Paris en 2009, les visiteurs du musée Zadkine ont pu convertir leur propre énergie musculaire en énergie propre : il suffisait de pédaler pour éclairer le site (Dynamo Post-Bankrupt).

Ouest-Lumière révèle l’énergie artistique qui traverse les corps ou manifeste leur trace. On peut le voir dans La salle de consultation (Ferme du Buisson, 1997). Avec ses grandes planches anatomiques accrochées aux murs, ses étranges instruments dont la fonction échappe, ses ampoules vacillantes et ses fragments de toiles d’araignées, l’installation évoque tout à la fois les anciennes boutiques de barbier, les cabinets de curiosités et l’atelier d’un alchimiste de la Renaissance, l’antre d’un « Prométhée moderne ». Au-dessus d’un matelas fatigué par l’usage, des flux radiants flottent dans l’espace et suggèrent les réminiscences de corps absents, tout comme les silhouettes humaines de ces autres flux radiants qui hantaient en 2001 la friche du palais de Tokyo (6) (Flux radiant no 2327). Les effets lumineux des flux et des Nus radiants évoquent l’atmosphère du célèbre film de Fritz Lang, Métropolis, quand la machine humaine est transformée en sosie du personnage de Maria. Dans ce film à mi-chemin entre l’expressionnisme allemand et la Nouvelle Objectivité, le scientifique était incarné par un alchimiste sombre, illuminé, ce « Prométhée moderne » qui semble habiter La salle de consultation. Le philosophe Richard Shusterman, dont le concept de soma-aesthetic entre en résonance directe avec l’oeuvre de Yann Toma – le corps n’y est pas pensé comme une abstraction, mais comme un vecteur d’énergies et d’actions – évoque, à propos de leur collaboration (séances de SOMA-Flux) dans l’abbaye médiévale de Royaumont, « une forme d’alchimie post-moderne en travail. » (7) De même qu’il travaille certains états limites du corps, Yann Toma s’intéresse au langage, aux inventions et à l’atmosphère des sciences limites, celles qui oscillent entre philosophie naturelle et science moderne et croient, de la Renaissance à Thomas Alva Edison – « l’homme qui a fait prisonnier l’écho » (8) – que « tout est possible ».

 

La série des Extases explore également l’énergie qui traverse les corps, sous l’emprise de la drogue (Extase à la coke – Laurent C., 1999), dans les pratiques sado-maso (Extase au fouet – Daphnée L., 1999) ou par l’énigmatique branchement à un circuit électrique (Extase d’Éric M., 2004). Ce répertoire d’états limites, où domine la chaleur des tons orangés et des mouvements flous, suggère au spectateur qu’il est lui-même victime d’hallucinations ou qu’il est entré dans la Twilight Zone (Bruce Sterling, 1962) ; « You’re travelling to another dimension, a dimension not only of sight and sound, but of mind. A journey into a wondrous land whose boundaries are that of your imagination. Your next stop: the Twilight Zone » (« Vous voyagez dans une autre dimension, une dimension de la vue et du son, mais aussi de l’esprit. Un voyage dans un pays fantastique dont les limites sont celles de votre imagination. Votre prochaine étape : la Twilight Zone »).

 

Le Travail du repos

Dès lors, derrière le calme apparent des warholesques Sommeil n°2 – Julie D., 23 avril 2000, ou Sommeil n°5 – Léa G., 4 mars 2001, on peut se demander quelle énergie inconsciente travaille le repos, quel voyage agité emporte la rêveuse, lovée dans les plis d’un confortable duvet, aux confins de son imagination pendant la lecture de son livre favori « par le conseiller » (travail de l’énergie). Le docteur Yann Toma scrute attentivement le sommeil de ses patient(e)s en enregistrant leurs réactions avec son trépied de Bertillon – jusqu’à leur retour de la Twilight Zone, quand pourra commencer le « travail du rêve » ? De fait, dans le cadre de cette série, un projet de collaboration avec Édouard Levé (décédé en 2007) – dont le sommeil comme l’extase ont été enregistrés – était en cours et devait produire la photographie du rêve enregistré, projet demeuré virtuel en raison de la mort subite d’Édouard Levé (travail du deuil).

 

Le Travail du rituel

De toute évidence, ce qui relie ces différents états de corps, c’est la notion de rituel qui traverse l’oeuvre et s’exprime notamment par les protocoles strictes qui régissent chacune des séries comme les Crimes sur commande, les Extases, les Sommeils. Ceci renvoie à la première installation de Yann Toma, Chemin de croix (1992), au cloître des Billettes, là même où Michel Journiac présentait sa première exposition en 1968 « Parcours – Piège du sang ». L’installation Chemin de croix est issue d’une marche que Yann Toma répète pendant plusieurs mois le long des voies ferrées à partir de la gare d’Austerlitz. On pense à la marche de Marina Abramovic et Ulay sur la Grande Muraille de Chine (Lovers, 1988), aux marches au ralenti d’ORLAN (Action Or-lent, 1964), mais aussi à ses MesuRAGES d’espaces publics, car il s’agit bien pour Yann Toma de se mesurer à cet environnement peu favorable au corps du piéton. Ce parcours sans fin précise et sans destination définie est une errance poétique, le long de tous les possibles voyages que suggèrent les voies ferrées, métaphore du voyage dans l’art qu’entreprend Yann Toma depuis ce moment fondateur. C’est pourquoi il s’agit aussi d’un rite de passage, Chemin de croix, concrétisé dans l’exposition par les Stations I à XV et la croix en traverses de chemin de fer, elle-même métaphore d’un nouvel aiguillage.

La complicité entre le professeur, Michel Journiac, et l’étudiant Yann Toma est plus que symbolique. Elle se concrétise dans une performance commune qui prend une connotation initiatique de transfert de connaissance à travers une expérience singulière. À l’occasion d’une interview menée par un collectif d’étudiants, Michel Journiac invite Yann Toma à le confesser. Portes grandes ouvertes, les deux compartiments des toilettes de l’université où chaque artiste est installé se présentent comme la vue en coupe d’un confessionnal décalé, dont les parois sont couvertes de tags. On se souvient aussi de la Messe pour un corps (1969), du Rituel pour un mort (1976) et on mesure l’importance fondatrice de l’oeuvre de Michel Journiac pour Yann Toma.

 

Le Travail de l’entrepreneur

Tout cela n’existerait pas, évidemment, sans le travail de l’entrepreneur, soma en action presque vingt-quatre heures sur vingt-quatre (Yann Toma pratique le micro-sommeil). Le Président à vie d’Ouest-Lumière incarne l’énergie artistique avec une coiffure qui semble perpétuellement traversée d’un flux électrique, et un petit air d’Einstein au mieux de sa forme. Ses vestes « corporate » signent son altière stature et sont l’expression de son dandysme manifeste, comme on peut le voir par exemple dans le Portrait Indien du Président de Ouest-Lumière (2006). Le Président cultive avec passion les liens tissés avec les actionnaires de Ouest-Lumière qui ne sont pas des petits porteurs anonymes, mais des personnes que le Président connaît toujours personnellement et qu’il rencontre dans le monde entier aux cours de ses infatigables pérégrinations, « je suis une part des actionnaires et ils sont une part de moi. » (9) - Tout sourire, le Président porte inlassablement jusqu’au siège de l’ONU à New York, dont son puissant réseau lui a ouvert les portes, l’humeur d’un soleil qui brûle pour nous réchauffer : travail de l’énergie.

 

Références.

1 Y. Toma, Exhumation de l’Usine, mémoire de maîtrise en arts plastiques, Paris, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 1994.

2 Y. Toma, Ouest-Lumière, Paris, Isthme éditions, 2004.

3 Y. Toma, op.cit., Paris, Université de Paris I, Sorbonne, 1994. 

4 Y. Toma, En cas d’oubli, prière d’en faire part, thèse d’Arts Plastiques et sciences de l’Art, Paris, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 2001.

5 Sur ce point voir I. Deforge, Le Crime sur commande et ses procédures, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 1967.

6 Voir notamment le lumineux opus de R. Martes et Y. Polykalos, Les Flux Radiants, Qu’en sais-je ?, Paris, PUF, 1979.

7 R. Shusterman, Somaesthetics with Yann Toma : A Weekend at Royaumont.

8 V. de l’Isle-Adam, L’Ève future (1886), Paris, José Corti, 1987.

9 Y. Toma, communication, « L’Entreprise Critique, vers une crypto-sublimation de soi », L’art contemporain permet-il une connaissance de soi dans l’économie de la connaissance ?, séminaire sous la direction de Raphaël Cuir, Advancia et Negocia, ligne de recherche Art & Flux du CERAP de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, séance du 7 mai 2010.