Interview of the President-for-life by Henri-François Debailleux

 

How would you define Ouest-Lumière, which seems to be the core of your artistic practice ?

 

Ouest-Lumière produces and distributes Artistic Energy (EA). It is also an extraordinary laboratory which not only provokes the question of relationships between people, and of the decompartmentalization of the world, but also interrogates the validity for art to act only in the art market and the art world.

 

I was influenced by Dada, the surrealists, the situationists and a fact appears to me as an evidence: if contemporary art transfixes itself today in the formulation of repetitions, if we stay in the idea of process rather than of the sensorial relationship, it’s because something got lost or was never found. In the 1970’s, art maybe still came within research. But today it found its audience and it deploys a lot more in a market logic and rentability rather than in the wish of having a grip on society, which means having a repercussion not so much on people who take part in and love the art world but on the whole society. For me, art is the only field still intact when all the other disciplines are spoiled by globalisation. Everywhere there is a sort of exhaustion, we speak a lot of disenchantment. In response to that, I think – and by the way like other artists entrepreneurs who have created what we now call ‘enterprise artists’ – that Ouest-Lumière can accompany a new relation of the art to the individual and to the society, relationship which has to take paths that art has never really taken before.

 

Which ones ?

 

I would like that the art I produce may succeed in short or medium term in a result that wouldn’t only be a work but also a transformation of the relationship of the individual with the world. Huge programme, indeed. A little bit as if Jules Verne had managed to really create Nautilus. With this capacity that, we, artists, have to imagine a world and anticipate it, I would like not only to be a visionary with projects that will be made in a hundred years, like it was the case for many visionaries, Jules Verne, for example but also Albert Robidat, Georges Orwell… I would prefer, taking in account the actual situation of the world, to see its complete application. For this, it seems important to me to do a work with atypical partners, different than those that art may know. Thus, for twenty years I employed myself to gather in a first circle, in the heart of Ouest Lumière, people who have skills completely outside contemporary art. They are scientists, philosophers, company leaders, employees… people from different generations, social classes, origins and financial backgrounds.

First, I consider them all equal. They all become responsible for life of something in Ouest-Lumière, in charge of their respective titles : Director of the Improbable Events (DEI), Director of the Oblivion (DO), Director of Breakdowns (DDP). And then when we are in this equal relationship and carried in a common history, we can really exchange ideas which will succeed in phosphoring zones of meetings and relationships that can hardly exist today when the notion of duration is so compressed. In this sense, I am very close to the thought of the « Tout-Monde » (« All-World ») that Edouard Glissant advocated, major philosopher of our time and Big Magnate of Unexpected Things of Ouest-Lumière.

 

You have often said that Ouest-Lumière was an enterprise that produced artistic energy. What do you mean by that ?

 

Artistic energy is a non quantifiable energy. It has no materialisation like electric energy can have. However, its an energy that can go beyond art’s territory, one that is susceptible, like Ouest-Lumière can do, of reaching, as I was saying before. Each person is a potential subscriber, agent or shareholder of Ouest-Lumière.

 

The artistic energy would then be the conjunction, the accumulation of trajectories, of impulse which would enable us to link to each other without us being forced of asserting our culture, our religion, our ancestry. It is a life philosophy linked to relationship. It is also, I am sure of it, the energy of the Future of our World.

 

To what title are you integrated to the Organisation of the United Nations (UN) in New York and how did you manage to enter it ?

 

I am now part of it as an Artist Observer and at the same time as President of Ouest-Lumière. I have access to every building and meeting room : Security Council, General Assembly, major assemblies, etc.

I am always seen there in official or diplomatic situation, often dressed as a dignitary from India, Russia… I am also always wearing clothes somewhat off-the-wall justly to incarnate a sort of character of the Tout-Monde that would have a diplomatic, multicultural and artistic dimension at the same time. Thus I make myself very accessible to everyone there. It is very important for me to sit there, even if its on a jump sit. In fact, that an artist can study this place, its energy, bring an exterior look seems essential to me. In parallel, I have a function of representation of the Sorbonne President and with this title, I develop the first global hub of the Academy Impact, agency of the UN, devoted to higher education. Romain Gary is the writer who inspired me this singular posture. The reading of the book ‘L'homme à la colombe’ (1958) was determining.

 

 

What led you to become an artist ?

 

I was born in an artistic family : my parents were leading dancers at the Paris Opera, my grand father was a dancer and partner of Mistinguett, my godfather was a stage, cinema and opera decorator. He was also a painter, my godmother was a choreographer… I have thus always been immersed in this atmosphere, I am as we say ‘un enfant de la balle’.

 

 

What was the starting point of your artistic approach?

 

I remember, since the age of 11 years, I had invented the society Yann Toma’s Corporation. I had just created my first fiction of an enterprise. As if, conceptually, things were already in place at that time.

 

 

How did the Ouest-Lumière adventure start ?

 

In a very simple way. In 1991, I found an industrial wilderness, an old EDF substation and which it still is now, but at 90% going to destruction. However, there were still the last agents, gas producer operators, electricians. I went to see the foreman and told him I would like to study the site. He gently made me visit with an agent. 90% equals to 40 000m2 of abandoned buildings. We were there, in Puteaux, down the quai De Dion Bouton, next to the old site of the enterprise Panhard & Levassor, at the very place where Marcel Duchamp used to go for a walk at the beginning of the XXth Century and where the ’mètre etalon’ was brought each month to calibrate the machines, in other words an emblem for the French industry. I thus immersed myself in those buildings that I found wonderful and, in the contrary of my habit to go through places in a hurry, I decided to stay for a long time, to sedentarise myself there.

 

I joined the EDF Foundation and Serge Pouxviel who was then the general secretary received me and gave me a grant to work on the memory of this site. From that point, I went there every day, I started filling frenetically hundreds of trolleys of everything I found, I retrieved transformers. Until the day that I came across a large number of old archives of the Ouest-Lumière company, the forms of a social worker, the letters of the employees, the administrative documents of exploitations, etc. I had there an extraordinary field to exploit. After many adventures, I managed to invest a building from the 30’s of a few thousands square meters and there I elaborated the memorial of the Ouest-Lumière factory.

 

How did you proceed then ?

 

I classified and I inventoried Pérec’s way all types of objects and documents that I found, I constructed a sort of very structured Merzbau. From that moment on, my work became more meticulous, more organized, more systematic, more obsessive and little by little with all this material I started creating my own pieces.

In parallel, I was confronted with bulldozers which started destroying the buildings and as I couldn’t fight against this demolition, I sympathized with the conductors of those engines. Having had in my hands the different plans of the factory through the ages, I had realized I had a palimpsest in from of me.

Some spaces had been built then had disappeared or been destroyed or abandoned. There were lacks, and voids and superpositions. I thus asked the conductors of helping me by meticulously destroying some non identified zones. We then came across a wall which dated certainly from the 20’s, behind which there was a space. There I found bundles of Ouest-Lumière bearer shares that had remained walled since that time. I retrieved them and they became the starting point of my reflexion.

 

At that time, I lived rue des Batignolles, close from the INPI (National Institute of Industrial Protection). I went there and realized that Ouest-Lumière was a vacant name since its nationalisation in 1946 as well as Nord-Lumière, Est-Lumière and Sud-Lumière and I naturally decided to buy the brand Ouest-Lumière, as well as the three others to have the four stations like every good player at Monopoly. All that for only a few hundred francs. Since then I auto proclaimed myself, I granted myself in a very autocratic way the function of President for life of Ouest -Lumière. Then, as every president, I had to create an organograms and constitute an administration.

 

There is a lot of humour in your approach…

 

Absolutely. Ouest-Lumière is a mirror, the mirror of society but this mirror is never frontal. Irony, humour and parody of course are very interesting active weapons because they enable not only to attract to ourselves people who, theoretically wouldn’t have come and at the same time they let us say and circulate a number of profound thoughts.

This seems to me often more efficient than political action, always more frontal, with confrontations and not always constructive as it lays on an opposition system.

 

You often reference the situationists…

 

Yes because I consider that they had a position of reactivity day by day, very constructive artistically. You only have to look at their manifesto and their itinerary to be convinced. There was also a collective dimension that can be found in Ouest-Lumière. By the way I cultivate a lot this aspect and I constantly favour meetings, particularly duos so that each of us can imagine something magical linked to our activity. I meet 5 to 6 shareholders a day, it’s very important.

 

It’s in this sense that Ouest-Lumière has a situationnist dimension. Because for the rest I think that situationists were in a frontal reaction and I privilege the underground relationship that then resurface stalagmites.

 

I believed that Ouest-Lumière has fundamentally a poetic dimension.

 

 

How is being a university researcher has to do with your artistic work?

 

It is part of it because for twenty years I have lived and meticulously studied a form of artistic distanciation but also the functioning of the administration, its meetings, its aberrations, its system of co-optation, circulation, negotiation. All this state permits me to write, give conferences, to develop my university research as well as participate to the institutional world without it, on the contrary, damaging my artistic development… My master’s degree had for subject ‘Exhumation of the Factory’, my 3rd cycle thesis had for title ‘In case of oblivion please tell : plasticity and collective memory’, finally for my authorisation I wrote 1300 pages on the question of the energy in contemporary art and also in my own work. Its title is ‘charging : artistic energy between art and flux’.

 

For someone who studies society, university is an ideal setting to observe the human relationships, power, the link between generations (young students and older professors), the mixing, etc. . And if I am interested in all that, it’s to understand how I, as an individual, artist citizen, I can contribute to the enhancement of the world’s situation. It’s, of course, a big utopia, but at the same time I try to find keys of application and fields of possible actions, what I do in ‘Art & Flux’ (the line of research that I direct at the Sorbonne) and with the UN.

Being present, being in charge, being physically in a space, situating myself, positioning myself, taking responsibilities… are aspects that I value a lot. The game of responsibilities is very interesting because it enables me to observe the interior world, to see how far we can go while playing and taking a step back.

 

If, at a dinner, someone who knows nothing of your work asks you what you do, what would you answer him ?

 

 

First I answer that I am the President for life of Ouest-Lumière, which straightaway leads to an astonishment. Once surprise has left and if I am asked what Ouest-Lumière is, I then say that Ouest-Lumière is an enterprise which no longer exists but which has all the reasons to be… At the end the interlocutor sometimes becomes a shareholder…

 

Interview du Président à vie par Henri-François Debailleux

 

 

Comment définissez-vous Ouest-Lumière qui semble être la

 

matrice de votre travail artistique ?

 

Ouest-Lumière produit et distribue de l'Énergie Artistique (EA). C'est également un laboratoire extraordinaire qui non seulement excite la question de la relation entre les gens, du décloisonnement du monde, mais s’interroge aussi sur la validité pour l’art d’agir uniquement dans le marché de l’art et le milieu de l’art.

J’ai été très influencé par Dada, les surréalistes, les situationnistes, et une donnée m’apparaît maintenant comme une évidence : si l’art contemporain s’enferre aujourd’hui dans des formulations de répétition, si l’on est plus dans l’ordre du procédé que de la relation sensorielle, c’est parce que quelque chose s’est perdu ou n’a jamais été trouvé. Dans les années 1970, l’art relevait peut-être encore d’une recherche. Mais aujourd’hui il a trouvé son public et il se déploie beaucoup plus dans une logique de marché et de rentabilité que dans la volonté d’être en prise avec la société, c’est-à-dire d’avoir une incidence non pas tant sur les gens qui fréquentent et aiment le monde de l’art ,mais sur la société tout entière. Pour moi, l’art est le seul champ qui est encore intact, alors que toutes les autres disciplines sont entamées par la mondialisation. Il y partout une sorte d’épuisement, on parle beaucoup de désenchantement. En réponse à cela, je pense – et d’ailleurs comme d’autres artistes entrepreneurs qui ont monté ce qu’on appelle désormais des « entreprises artistes » – que Ouest-Lumière peut accompagner une nouvelle relation de l’art à l’individu et à la société, relation qui doit passer par des voies que l’art n’a jamais empruntées réellement.

 

Lesquelles ?

J’aimerais que l’art que je produis puisse aboutir, à court ou à moyen terme, à un résultat qui ne serait pas uniquement une oeuvre mais aussi une transformation de la relation de l’individu au monde. Vaste programme, certes. Un peu comme si Jules Verne avait pu réellement créer le Nautilus. Avec cette capacité que nous avons, en tant qu’artistes, à imaginer le monde et à l’anticiper, j’aimerais ne pas être seulement un visionnaire avec des projets qui se réaliseront dans cent ans, comme ce fut le cas pour beaucoup de visonnaires, Jules Verne, justement, mais aussi Albert Robidat, Georges Orwell... Je préfèrerais, compte tenu de la situation actuelle du monde, en voir une application concrète. Pour cela, il me semble important de faire un travail avec des partenaires atypiques, différents de ceux que l’art peut connaître. Ainsi, depuis vingt ans je m’emploie à réunir dans un premier cercle, au sein de Ouest-Lumière, des gens qui ont des compétences totalement extérieures à l’art contemporain. Ce sont ainsi des scientifiques, des philosophes, des chefs d’entreprise, des employés... des gens de générations, de classes sociales, de provenances, de niveaux financiers, d’horizons différents. Déjà, je les situe tous au même rang, ils deviennent tous Responsables à vie de quelque chose en Ouest-Lumière, en charge de leurs titres respectifs : Directrice des événements improbables (DEI), Directeur de l’oubli (DO), Directrice des pannes (DDP). Et quand on est ainsi dans un rapport d’égalité et entraînés dans une histoire commune, on peut réellement échanger des idées qui vont aboutir à faire phosphorer des zones de rencontres et de relations qui peuvent difficilement exister aujourd'hui tant la notion de durée est compressée. En ce sens-là, je suis très proche de la pensée du « Tout-Monde » que prônait Édouard Glissant, philosophe majeur de notre époque et Grand Magnat des Imprévus en Ouest-Lumière.

 

Vous avez souvent dit que Ouest-Lumière était une entreprise qui produisait de l’énergie artistique. Qu’entendez-vous par là ?

L’énergie artistique est une énergie non quantifiable. Elle n’a pas de matérialisation comme l’énergie électrique peut en avoir. Toutefois, c’est une énergie qui peut aller au-delà du territoire de l’art, qui est susceptible, comme peut le faire Ouest-Lumière, de toucher tout le monde, comme je le disais précédemment. Toute personne est un potentiel abonné, agent ou actionnaire de Ouest-Lumière.

L’énergie artistique serait donc la conjonction, l’accumulation de trajectoires, d’influx qui permettraient de nous relier les uns aux autres sans que nous soyons obligés de faire valoir notre culture, notre religion, notre ascendance. Il s’agit d’une philosophie de vie liée à la relation. C'est aussi, j'en suis convaincu, l'énergie de l'Avenir du Monde.

 

À quel titre êtes-vous intégré à l’Organisation des Nations Unies (ONU) à New York et comment avez-vous fait pour y entrer ?

J’y suis présent en tant qu’Artiste Observateur et en même temps comme Président de Ouest-Lumière. J'ai accès à tous les bâtiments et salles de réunions : Conseil de sécurité, Assemblée générale, grandes assemblées, etc.

On m'y voit toujours en situation officielle et diplomatique, souvent habillé en dignitaire indien, russe... J’ai, du reste, toujours des vêtements un peu décalés pour justement incarner une sorte de personnage du Tout-Monde, qui aurait une dimension diplomatique, multiculturelle et artistique à la fois. Je me rends ainsi très accessible à toutes les personnes en présence. Il est très important pour moi d’y siéger, même si c’est sur un strapontin. En effet, qu’un artiste puisse étudier ce lieu, l’énergie qui y circule, apporter un regard extérieur me semble essentiel.

Parallèlement, j'y rempli une fonction de représentation du Président de la Sorbonne et, à ce titre, je développe le premier hub mondial dé l'Academic Impact, agence de l'ONU consacrée à l'enseignement supérieur. Romain Gary est l'auteur qui m'a inspiré cette posture très singulière. La lecture de l'ouvrage "L'homme à la colombe" (1958) fût déterminante.

 

Qu’est ce qui vous a conduit à devenir artiste ?

Je suis né dans une famille d’artistes : mes parents étaient danseurs étoiles à l’Opéra de Paris, mon grand-père était danseur et partenaire de Mistinguett, mon parrain était décorateur de théâtre, de cinéma et d’opéra, il était également peintre, ma marraine était chorégraphe... J’ai donc toujours baigné dans cette atmosphère, je suis, comme on dit, un enfant de la balle.

 

Quel a été le point de départ de votre démarche artistique ?

Je me souviens que, dès l’âge de 11 ans, j’avais inventé la société Yann Toma’s Corporation. Je venais de créer là ma première fiction d’entreprise. Comme si, conceptuellement, les choses étaient déjà en place dès cette époque-là.

 

Comment démarre l’aventure Ouest-Lumière ?

De façon très simple. En 1991, je tombe sur une friche industrielle, une ancienne sous-station EDF et qui l’est encore à cette date, mais à 90 % en voie de destruction. Il y a encore toutefois les derniers agents, gaziers, électriciens. Je vais voir au culot le contremaître et lui dis que j’aimerais étudier le site. Il me fait gentiment accompagner par un agent. 90 %, cela équivaut à 40 000 m2 de bâtiments à l’abandon. On est là, à Puteaux, le long du quai De Dion Bouton, à côté de l’ancien emplacement de l’entreprise Panhard & Levassor, à l’endroit même où Marcel Duchamp se baladait au début du XXe siècle et où le mètre étalon était apporté tous les mois pour calibrer les machines, soit un lieu très emblématique de l’industrie française. Je me plonge donc dans ces bâtiments que je trouve magnifiques et, contrairement à mon habitude de passer furtivement dans un lieu, je décide cette fois d’y rester longtemps, de m’y sédentariser. Je joins la Fondation EDF, et Serge Pouxviel qui en était alors le secrétaire général me reçoit et m’accorde une bourse pour pouvoir travailler sur la mémoire de ce site. À partir de là, je vais y aller tous les jours, je me mets à remplir frénétiquement des centaines de chariots de tout ce que je trouve, je récupère des transfos. Jusqu’au jour où je tombe sur un grand nombre d’anciennes archives de la compagnie Ouest-Lumière, les fiches d’une assistante sociale, les lettres du personnel, les documents administratifs d’exploitations, etc. J’ai là un terrain extraordinaire à exploiter. Après moult péripéties, je réussis à investir un bâtiment années 30 de plusieurs milliers de mètres carrés et j’y élabore là le mémorial de l’usine Ouest-Lumière.

 

Comment procédez-vous alors ?

Je classifie et j’inventorie à la façon de Pérec tous les types d’objets et de documents que je trouve, je construis une sorte de Merzbau très structuré. À partir de ce moment-là, mon travail devient plus méticuleux, plus organisé, plus systématique, plus obsessionnel, et petit à petit, avec tout ce matériel, je commence à créer mes propres pièces.

Parallèlement, j’étais confronté aux bulldozers qui commençaient à détruire les bâtiments et, comme je ne pouvais pas lutter contre cette démolition, j’ai sympathisé avec les conducteurs de ces engins. Ayant eu en main les différents plans de l’usine au fil des époques, je m’étais aperçu que j’avais devant moi un palimpseste. Certains espaces avaient été construits, puis avaient disparu, soit détruits, soit abandonnés. Il y avait des manques, des vides, des superpositions. J’ai donc demandé aux conducteurs de m’assister en détruisant méticuleusement certaines zones non identifiées. Nous sommes tombés ainsi un jour sur un mur qui datait sans doute des années 1920, derrière lequel il y avait un espace. J’ai découvert alors des liasses d’actions au porteur Ouest-Lumière qui étaient restées emmurées depuis ce temps-là. Je les ai récupérées et elles sont devenues le point de départ de ma réflexion.

 

J’habitais alors rue des Batignolles, tout près de l’INPI (Institut national de protection industrielle). J’y suis allé, je me suis alors rendu rendu compte que Ouest-Lumière était un nom vacant depuis sa nationalisation en 1946, tout comme Nord-Lumière, Est-Lumière et Sud-Lumière et j’ai décidé tout naturellement de racheter la marque Ouest-Lumière, ainsi que les trois autres, pour avoir les quatre gares comme tout bon joueur de Monopoly. Le tout pour quelques centaines de francs. Dès lors je me suis autoproclamé, je me suis octroyé de manière assez autocratique la fonction de Président à vie de Ouest-Lumière. Ensuite, comme tout président, il m’a fallu mettre en place un organigramme et constituer une administration.

 

 

Il y a toujours beaucoup d’humour dans votre démarche...

Absolument. Ouest-Lumière est un miroir, le miroir de la société, mais ce miroir n’est jamais frontal. L’ironie, l’humour et évidemment la parodie sont des armes actives très intéressantes parce qu’elles permettent non seulement de faire venir vers soi des gens qui, a priori, ne seraient jamais venus, et en même temps, elles permettent de dire et faire passer un certain nombre de pensées profondes. Cela me parait souvent plus efficace qu’une action politique, toujours plus frontale, avec des affrontements, et pas toujours constructive puisque reposant sur un système d’opposition.

 

Vous faites souvent référence aux situationnistes...

Oui, parce que je considère qu’ils avaient un positionnement de réactivité, au jour le jour, très constructif au niveau artistique. Il suffit de voir leur manifeste et leur parcours pour s’en convaincre. Il y avait aussi une dimension collective qu’on retrouve en Ouest-Lumière. Je cultive d’ailleurs beaucoup cet aspect et favorise constamment les rencontres, notamment les duos, pour que chacun puisse imaginer quelque chose de magique lié à son activité. Je rencontre moi-même cinq à six actionnaires par jour, c’est très important.

C’est en ce sens que Ouest-Lumière a une dimension situationniste. Car pour le reste je pense que les situationnistes étaient en réaction frontale alors que je privilégie la relation souterraine qui fait ensuite resurgir des stalagmites.

Je crois que Ouest-Lumière a fondamentalement une dimension poétique.

 

En quoi le fait d’être chercheur universitaire a-t-il un rapport avec votre oeuvre ?

Cela en fait partie parce que depuis vingt ans, je vis et j’étudie méticuleusement une forme de distanciation artistique mais aussi le fonctionnement de l’administration, ses réunions, ses aberrations, son système de cooptation, de circulation, de négociation. Tout cet état me permet tout autant d’écrire, de donner des conférences, de développer des recherches universitaires que de participer au monde institutionnel, sans que cela ne me semble ternir mon cheminement artistique, au contraire... Ma maîtrise avait pour sujet « Exhumation de l’Usine », ma thèse de 3e cycle avait pour titre : « En cas d’oubli, prière d’en faire part : plasticité et mémoire collective », enfin pour mon habilitation j’ai écrit 1 300 pages sur la question de la charge en énergie dans l’art contemporain et également dans mon propre travail. L’intitulé en est « En charge, l’énergie artistique entre art et flux ».

Pour quelqu’un qui étudie la société, l’université est un cadre idéal pour observer les rapports humains, le pouvoir, le lien entre les générations (jeunes étudiants et vieux profs), le brassage, etc. Et si je m’intéresse à tout cela, c’est pour comprendre comment moi, en tant qu’individu, citoyen artiste, je peux contribuer à l’amélioration de la situation du monde. C’est, bien sûr, une grande utopie, mais en même temps j’essaye de trouver des clefs d’application et des champs d’action possible, ce que je fais avec «Art & Flux» (la ligne de recherche que je dirige à la Sorbonne) et avec l’ONU. Être présent, être en charge, être physiquement à un endroit, se situer, se positionner, prendre des responsabilités... sont autant d’aspects qui m’importent beaucoup. Le jeu des responsabilités est très intéressant parce qu’il permet d’observer le monde de l’intérieur, de voir jusqu’où on peut aller tout en jouant et en ayant une posture de recul.

 

Si, dans un dîner, quelqu’un qui ne connait rien de votre travail vous demande ce que vous faîtes, que lui répondez-vous ?

Je réponds d’abord que je suis Président à vie de Ouest-Lumière, ce qui d’emblée entraîne un étonnement. La surprise passée, et si on me demande ce qu’est Ouest-Lumière, je dis alors que Ouest-Lumière une entreprise qui n’existe pas mais qui a toutes ses raisons d’être... À la fin l'interlocuteur devient parfois actionnaire...