Vies à vies, magasin UPLA, Parcours Saint-Germain, installation participative, 2002.

 

 

Les acteurs du magasin Upla (direction et employés) sont ici pris à témoin par Ouest-Lumière. Avec leur accord de principe, durant plusieurs mois, ils sont plongés dans un processus visant à mettre à jour un portrait particulier d’eux-mêmes. Premier temps du processus : les UPLA se sont prêtés au protocole de travail de l’artiste en acceptant soit de lui commander leur Crime sur commande, soit leur Extase, soit leur Sommeil (veillée nocturne de leur corps), ou encore leur Flux radiant (révélation des perturbations qui environnent le corps). Second temps du processus : mise en présence du corps réel du personnel de la boutique avec l’image de leur propre fantasme. C’est le temps de l’exposition.

 

Les UPLA vivent alors quotidiennement avec leurs images mentales, ce pendant plus d’un mois, servant la clientèle du magasin qui a elle-même accès à leurs fantasmes. Le visiteur est témoin du résultat de six portraits intimes et peut consulter les rapports vidéos de chacun d’eux.