Yann Toma - La Monographie

Yann Toma, éditions Jannink, Presses du réel, 2011. 400 pages, broché, 672 illustrations.

 

L’ouvrage, par le biais de textes, d’entretiens, de photographies et d’illustrations, présente l’étendue du travail et de la réflexion artistique de Yann Toma.

 

Préface d'Édouard Glissant

 

Auteurs : Yann Toma, Marc Partouche, Jacques Cohen, Paul Ardenne, Valérie da Costa, Jacinto Lageira, Eva Rosemska, Yannick Vigouroux, Raphaël Cuir, François Noudelmann, Stephen Wright, Richard Conte, Jérôme Neutres, Rose Marie Barrientos, Reinhard Spieler, Franz Liebl, Ricardo Arcos-Palma, Richard Shusterman, Henri-François Debailleux, Gaëtane Lamarche-Vadel.

Yann Toma

Yann Toma, Journal-affiche n°01, éditions Jannink, 2009, 8 pages.

 

Avant tout artiste de performances et d'installations, Yann Toma n'utilise l'appareil photo que comme outil de création. Le premier numéro du « journal-affiche » propose une nouvelle approche de son travail en rassemblant 16 photographies de Yann Toma accompagnées de textes inédits de l'artiste, de François Noudelmann, philosophe, et de Sylvain Lecombre, directeur du musée Zadkine à Paris.

La Collection 127 est consacrée aux photos d'artistes, sous la forme de journaux-affiches qui proposent de « voir autrement la photographie ». Chaque numéro est à la fois un journal et une affiche dans lequel un artiste contemporain montre ce qu'il n'a jamais exposé : ses photographies.

Le journal (25 x 35 cm) réunit au recto un ensemble de photographies et de textes sur le travail de l'artiste. L'affiche, au verso du journal déplié, laisse apparaître une imposante photographie inédite de l'artiste (70 x 100 cm).

Egalement disponible en édition de tête, avec un tirage limité de la photographie originale sous coffret.

Professeur des universités à l'Université Paris I, Panthéon Sorbonne et chercheur (CERAP - Centre d'Etudes et de Recherche en Arts Plastiques), Yann Toma est un artiste inclassable. 

En récupérant au début des années 1990 le lieu, les archives et le nom de l'ancienne compagnie d'électricité Ouest-Lumière (dont il se proclame Président à vie), il s'approprie un réseau symbolique, une infrastructure usinière dont il fait son territoire de recherche et la matière même de son activité, ayant pour thème notamment la lumière, l'énergie et les réseaux, les moyens de production industrielle, la bureaucratie et l'univers des entreprises. 

Depuis 2009, Yann Toma siège en tant qu'observateur-artiste au sein de l'ONU.

Aujourd'hui intégré dans de nombreuses collections (notamment celles du Centre Georges Pompidou et du Fonds National d'Art Contemporain), son travail a été largement présenté en France et ailleurs (Espace EDF Electra, Kalmann Museum, Munich et Culturgest, Lisbonne, en 2004, CCC, Tours, en 2005, Maison Rouge, Paris et Alliance française de New-Delhi en 2006, Palais Farnese, Rome, en 2007, musée Electropolis, Mulhouse, en 2008, musée Zadkine en 2009...).


L'Or Bleu

Yann Toma, Francis Kurkdjian, L'or bleu. Eau parfumée en Ouest-Lumière, éditions Beaux-Arts, 2012. 52 pages, broché.

 

À travers un parcours initiatique, le catalogue invite le lecteur à se plonger dans l'univers de L'Or Bleu. Il en découvre d'abord le logotype, incarnation du mouvement, symbole de la roue Pelton qui figure à l'entrée de l'espace EDF Bazacle. Le promeneur vit l'expérience de L'Or Bleu dans des espaces de dégustation où la circulation de l'eau est assurée par un dispositif de colonnes de verre qui permet de goûter cette eau magique créatrice d'énergie artistique.

 

Plus de détails sur l'Or Bleu

Dynamo-Fukushima

Yann Toma, Dynamo-Fukushima. Journal de l'oeuvre monumentale et partipative, éditions Jannink, RMN Grand Palais, 2011.

 

En support à l'œuvre éphémère et participative de Yann Toma, un journal édité pour l'occasion, retrace la construction et le déroulement de cette installation monumentale.

 

Pour cette 28ème édition des Journées européennes du patrimoine, le Grand Palais accueille l’artiste Yann Toma dans la Nef. Son installation, intitulée Dynamo-Fukushima, invite les visiteurs à devenir des acteurs de l’art en produisant de l’énergie artistique. Grâce au mouvement de centaines de vélos, la verrière s’illumine, en mémoire à la catastrophe nucléaire de Fukushima. À la frontière de l'expression artistique et citoyenne, l’événement s’inscrit dans l'environnement politique et médiatique international. Pour la Rmn-Grand Palais, la culture est un engagement quotidien ; sa collaboration avec Yann Toma l’investit d'une responsabilité d'ordre civique, réinventant les liens entre art, économie et société.

 

Plus de détails sur Dynamo-Fukushima

Post-Bankropt

Yann Toma, Post-Bankropt. éditions Jannink, presses du réel, 2010. 8 pages (plié) - collection 127 - impression pigmentaire à 127 exemplaires, signés et numérotés.

Post-Bankropt, édition Jannink, par Yann Toma, avec la participation de François Noudelmann et de Sylvain Lecombre

 

Yann Toma n'utilise l'appareil photo que comme outil de création. Le premier numéro du «journal-affiche» propose une nouvelle approche de son travail en rassemblant 16 photographies de Yann Toma accompagnées de textes inédits de l'artiste, de François Noudelmann, philosophe, et de Sylvain Lecombre, directeur du musée Zadkine à Paris.

 

Ouest-Lumière — La Collection

Yann Toma, Ouest-Lumière — La Collection, éditions Jannink, 2008. 400 pages, broché, Couverture contrecollée carton plume.

 

Cet ouvrage constitue une archive formidable de la société Ouest-Lumière au travers d'objets et de schémas électriques ; tous légués par les actionnaires et les abonnés. Yann Toma est artiste et chercheur. En récupérant des éléments d’archives de l'ancienne compagnie d'électricité Ouest-Lumière au début des années 90, il s’est approprié un réseau symbolique, une infrastructure usinière dont il a fait son territoire de recherche et la matière même de son activité.

 

Part de Jouissance

Yann Toma, Part de Jouissance, édition Presses du réel, 2007. 48 pages, broché, jaquette. Texte inédit, affiche réhaussée et signée

 

Si Lénine avait choisi une autre carrière, il aurait pu être P.D.G. et aurait distribué des parts de jouissance. Yann Toma, lui, est Président à vie de Ouest-Lumière et vient d’écrire Part de jouissance, dans la collection L’Art en écrit. Il y explique la stratégie de son groupe et en particulier tout ce qui concerne l’émission des Parts de jouissance.

 

Ainsi, le Président Toma développe, avec la clarté qui le caractérise, toutes les questions que l’on a pu se poser sur Ouest-Lumière. L’Art Présidentiel s’apparente à celui d’artistes iconoclastes : Duchamp, Picabia, Filliou, John Cage, Kaprow, Nam June Paik, Beuys, Ben ou Spoerri. Mélange inclassable de Dada, Surréalisme, Fluxus ou encore Situationnisme. Il tourne en dérision le jargon ampoulé du capitalisme et estime avec certitude que la rédemption artistique passera par le rayonnement de Ouest-Lumière. En réalité il est son propre mouvement.

 

Faut-il abolir Ouest-Lumière?

Yann Toma, texte de Stephen Wright, Faut-il abolir Ouest-Lumière, éditions incertain sens, 2005. 64 pages, illustrations N&B.

 
Trois entretiens avec le Président à vie de Ouest-Lumière pour tenter de saisir la dimension politique, nécessairement ambivalente, de son entreprise fictionnelle.
 
Avec son réseau tentaculaire d'abonnés, son ubuesque président à vie, manipulant avec de grosses ficelles des légions d'agents subalternes et de détracteurs cooptés, Yann Toma a su faire de Ouest-Lumière une fiction heuristique. Heuristique, car, à cette fiction d'entreprise réticulaire, indéfinissable, néolibérale, correspond une réalité économique : la colonisation du monde vécu par le capital, rendue possible par le biais de la généralisation du travail immatériel, dont l'artiste incarne l'idéal type.